Quelle est votre valeur sur le marché du travail et quel est l’impact sur vos finances?

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai toujours imaginé des gens faisant des gros salaires comme étant les plus travaillants. Ils gagnent plus parce qu’ils travaillent plus. C’est de cette façon que ça fonctionne non? Ma vision a drastiquement changé par rapport à ce que je pensais il y a peut-être 3-4 ans. Uniquement travailler fort ne sert à rien si vous voulez vous enrichir. Regardez les enseignants et les infirmiers. Il y a peu de gens qui diraient qu’ils ne sont pas travaillants. Pourtant, ils sont très loin de faire les meilleurs salaires ou même d’avoir les meilleures conditions. Les enseignants ont des mois de congé d’accord, mais leur quotidien n’est pas toujours facile. Je le sais, je sors avec une orthopédagogue! 😉 Disons que ça s’équilibre.

MÊME TRAVAIL, INDUSTRIE DIFFÉRENTE

Ce que je remarque est que peu importe votre niveau de talents et vos efforts, vous opérez avant tout dans une industrie. Un adjoint administratif dans une école fait probablement un travail assez similaire à un adjoint administratif pour un conseiller financier. Le niveau de connaissances est similaire. Certes, il y a des nuances, mais c’est très proche. Pourtant, je serais prêt à mettre ma main au feu qu’un bon adjoint administratif dans le domaine financier fait considérablement plus qu’un adjoint dans une école à compétence égal. L’adjoint administratif talentueux qui travaille dans les écoles se frotte à la limite des capacités financières de son industrie. Dans ce cas-ci, c’est le gouvernement qui décide la valeur de leur travail. Sur les compétences? Non, sur l’ancienneté. Sur papier, vous n’avez aucun intérêt à prendre votre travail à coeur. Pour ceux qui se sentent valorisés quand ils font bien leur travail, ils vont être tristes de constater qu’ils vont faire moins que le collègue blasé avec 20-25 ans de carrière.

Les paies ne sont pas identiques pour ces 2 emplois parce que la valeur dégagée par les 2 employés de même calibre ne sont pas la même…ou n’est pas perçu de la même façon. Pensez-y. Vous avez un bon vendeur. Vous lui faites vendre de la peinture ou des pick-up d’une valeur de 90K$? L’impact de la vente d’un seul pick-up est énorme. On choisit très certainement le bon vendeur pour cette industrie. Si un vendeur de peinture est excellent, il aura une certaine reconnaissance de son travail, mais très loin de la reconnaissance donnée au bon vendeur de voiture. Même travail, impact totalement différent et donc rémunération totalement différente.

COMBIEN JE VAUX SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL?

Votre but ultime en tant que travailleur est d’utiliser au maximum vos compétences dans une industrie qui les reconnaissent. Il y a une corrélation forte entre rémunération et éducation, mais ce n’est pas garantie. Ce n’est pas parce qu’on a un BAC, qu’on va faire plus que quelqu’un avec un diplôme d’étude secondaire même si en moyenne cela se tient. Un diplôme fait que souligner qu’on a atteint des exigences minimales, cela ne nous confère pas toutes les compétences du monde ou bien qu’elles sont utiles dans le monde réel. Loin de là. Mes condoléances à tous les détenteurs de diplômes de littérature française ou d’histoire. J’en connais personnellement, ce sont de bonnes personnes quand même! 😉 D’un autre côté, certaines compétences n’ont pas de diplôme ou bien on peut très bien acquérir certaines compétences sans avoir passé sur les bancs d’école.

On doit se demander: quelles sont mes compétences, ces compétences sont-elles en demande, est-ce que ce type de compétences est rare?, Ces compétences seront-elles reconnues par l’employeur?, etc.

POURRAIS-JE ÊTRE SOUS-PAYÉ? C’EST UNE POSSIBILITÉ

On peut très bien être dans une bonne industrie, avoir les compétences, mais avoir un employeur qui ne les reconnaissent pas. Ça arrive. Ce n’est pas pour rien que des gens peuvent changer d’emploi dans une même industrie et avoir des augmentations de 20-25%. Le nouvel employeur voit des compétences que l’employeur actuel n’a pas su voir ou bien ce dernier n’avait simplement pas besoin et donc n’y attribuait pas de valeurs. Dans l’autre situation, l’employeur a joué avec le feu en payant moins que la valeur marchande et il perd son employé. Il doit perdre son temps à en trouver un autre à compétence équivalente.

PENSEZ EN-DEHORS DE LA BOÎTE!

Je pense qu’il ne faut pas s’acharner sur son industrie. Si vous êtes dans l’industrie de la disquette, peut-être que ça serait bien de s’orienter vers la clé USB au grand minimum. Si vous êtes en 2021, vous vous intéresserez peut-être à l’infonuagique (cloud). Il n’est pas interdit de regarder des industries qui nécessitent des compétences similaires. Dans mon cas, les compétences mathématiques, les compétences financières, les compétences économiques et les compétences informatiques peuvent servir à bien plus qu’uniquement l’industrie financière. Je pense que je suis déjà dans un bon créneau, mais ça l’aurait pu ne pas être le cas! Il faut se permettre d’avoir ce genre de réflexion.

UNE PETITE LEÇON DE MATHÉMATIQUE POUR LA FIN

Si vous hésitez encore, imaginez quelqu’un qui gagne un salaire de 45K$ par année à 22 ans jusqu’à 65 ans. Son salaire réel augmente de 1% par année et sera donc de 69K$ à 65 ans.

Une autre personne identique aura la même trajectoire salariale, mais cette personne commence à 51.75K$, soit 15% plus élevé.

Son salaire à 65 ans sera de 79.4K$.

La seconde personne fera 370.8K$ de plus au courant de sa vie. C’est pas trop mal.

Si la personne investit ses surplus à du 5% par année, on obtient alors une différence de 1.18M$.

Comme je l’avais écrit dans le court article être pauvre coûte cher, plutôt que de vouloir économiser des peanuts, il vaudrait mieux regarder dans quel armoire se trouve le pot! 😉

S’il y a une chose que les milléniaux possèdent que les boomers ne possèderont jamais, c’est la position de force (ou équilibrée pour les pessimistes) dans la relation employeur-employé. Le taux de chômage est faible, les personnes qualifiées de plus en plus difficiles à retenir et il y a de plus en plus de boomers qui quittent pour la retraite. Il est plus facile de trouver une entreprise qui recherche exactement nos compétences plutôt que devoir se vendre à la première entreprise du coin pour être capable d’arriver à la fin du mois. Regarder des postes et passer des entrevues en ayant un emploi, ça n’a jamais tuer quelqu’un. Je vais dire comme un ami: « Le meilleur moment de chercher un emploi c’est lorsque l’on en a un.« 

Le journal d’un investisseur
Facebook

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑