Pour changer l’industrie pour toujours, j’ai besoin de vous!

LES FONDS NÉGOCIÉS EN BOURSE (FNB) VERSUS LES FONDS MUTUELS ET FONDS DISTINCTS

À mon avis, les fonds négociés en bourse ont changé pour le mieux l’investissement boursier. Premièrement, Une structure moins coûteuse comparativement aux fonds mutuels et fonds distincts qui se répercute directement sur les frais d’opération. Deuxièmement, les FNB apportent aussi un niveau de transparence accru en divulguant l’entièreté du portefeuille plutôt qu’un vulgaire top 10 ainsi que diverses informations obligatoires. Pour clouer le cercueil, les frais des FNB sont aussi beaucoup plus facile à comprendre. Pas de frais d’entrée ou de rachat. On n’a pas de classe de frais F, O, A, B ou AB+ (j’ai peut-être inventé la dernière). Tout ça pour dire, j’aime beaucoup plus travailler avec des FNB que des fonds mutuels ou des fonds distincts et je pense que les particuliers auraient avantage à les utiliser.

POURQUOI LES FNB SONT AUSSI PEU UTILISÉS?

Vous n’aimerez pas la vérité… les FNB ne sont pas beaucoup utilisés par les particuliers comparativement aux autres structures pour des raisons règlementaires. On a de beaux produits qu’un très grand nombre de conseillers ne peuvent pas vendre. Je parle ici des représentants en épargne collective, les conseillers en sécurité financière et les planificateurs financiers. Un peu perdu avec tous ces termes? J’avais fait un article sur les différents types de conseillers. Pas qu’ils n’aimeraient pas, ils ne peuvent pas. Évidemment, il ne s’agit pas d’un problème pour les plus fortunés. Règle générale, ceux-ci vont faire affaires avec des conseillers en placement ou des gestionnaires de portefeuille qui vont acheter des titres ou des FNB. C’est souvent monsieur/madame tout le monde qui en paie les frais…c’est le cas de le dire.

L’ABANDON DU CONSEILLER PAR UNE CLASSE D’INVESTISSEUR

À mon avis, il n’est pas surprenant de voir de plus en plus de particuliers gérer eux-mêmes leurs placements via des comptes de courtage à escompte ou des robots-conseillers. La technologie a certainement joué un très grand rôle dans cette transition tout comme la disparition des régimes à prestations déterminées (« les rentes privées »). Quelqu’un qui a peu de besoins peut effectivement se demander si les frais du conseiller ainsi que la structure de fonds mutuel/fonds distinct en valent la chandelle. De l’autre côté, je ne crois pas que la valeur du conseiller a diminué pour autant. Être capable d’acheter un fonds c’est une chose, mais est-ce que celui-ci nous convient? Que faire si j’ai un investissement à court terme? Avez-vous besoin de support psychologique lors des chutes? Vous avez besoin d’un plan d’épargne? CÉLI ou REER? FTQ ou investissement en bourse? Mise de fonds de 20% ou non? Immobilier ou bourse? Ai-je assez pour ma retraite? Comment effectuer mon décaissement de façon efficace fiscalement parlant? Des aspects qui sont propres à l’investisseur et qui se trouvent difficilement par internet.

Les conseillers doivent se réinventer pour générer de la valeur pour leurs clients. La compétition de la technologie combinée aux structures avantageuses des FNB les pressent à agir. Uniquement offrir un portefeuille de placements pour des frais élevés, c’est de moins en moins accepté et la tendance ne peut que continuer. Il y a un gros dilemme. Payer moins cher sans se faire conseiller ou avoir de gros frais, mais avoir un conseiller. Il doit bien exister un entre deux entre la « Smart » et le « Hummer »? Les robots-conseillers sont une alternative, mais on n’a pas un suivi comparable à un conseiller à mon avis.

MES IDÉES DE PROJETS

J’avoue que c’est quelque chose à quoi je réfléchis. Grâce à mon enregistrement à l’AMF comme gestionnaire de portefeuille adjoint, je pourrais conseiller un individu sur n’importe quel titre (sous la supervision d’un gestionnaire de portefeuille). Je pourrais conseiller un individu sur son portefeuille (de FNB d’allocation d’actif) tout en apportant le soutien nécessaire dans les domaines cités 2 paragraphes plus haut contre une rémunération fixe/à l’heure. Son portefeuille serait détenu dans son compte de courtage et il passerait lui-même les transactions. Les bas frais de l’investissement autonome avec l’accompagnement d’un professionnel pour les questions plus difficiles. L’investisseur qui utilise un robot-conseiller pourrait transférer son argent dans un compte de courtage pour éviter les frais de 0.5% pour payer un conseiller à rémunération fixe. Dans certains cas, des frais similaire au robot-conseiller, mais avec un conseiller qui garde contacte avec vous. Pour l’investisseur moins expérimenté, il serait possible d’avoir un peu plus d’accompagnement au départ pour faire la transition vers le compte de courtage.

Je pense que c’est une façon pour que le particulier se libère des fonds mutuels et fonds distincts à haut frais tout en limitant les conflit d’intérêt avec le client grâce à une rémunération fixe. Je pense sincèrement que le client pourrait être fortement gagnant. Si on passe d’un fonds mutuel de 2.5% à un FNB de 0.25% en supposant que le fonds mutuel fasse le rendement de l’indice avant frais, ce qui est généreux sachant que 75% des fonds mutuels à large capitalisation américaine sous-performent sur 10 ans avant frais, c’est 2.25% de plus dans la poche du particulier… c’est énorme! Réaliser 7% plutôt que 4.75% c’est l’équivalent de finir avec 150K$ plutôt que 64K$ pour un investissement initial de 10K$ sur 40 ans, une différence de 86K$…et je ne parle qu’un investissement initial de 10K$. Imaginez avec un fonds de retraite au complet! Ça serait très facile de le prouver avec des exemples chiffrés. Par exemple, Pour un couple qui détient 250K$, cet écart de rendement représente 5625$ annuellement. Est-ce que ça vaut la peine de se pencher quelques heures sur notre situation pour réaliser cette économie annuellement? Je pense qu’il n’y aurait pas grand monde qui dirait non. Évidemment, la consultation prendrait une part de ce gain, car il faut bien rémunérer le « consultant ». Est-ce que les investisseurs seraient prêts à sortir l’argent de leur poche plutôt que directement sur les produits? Psychologiquement, je sais que ça peut être difficile à faire. Toutefois, je suis convaincu que le client serait gagnant sur les frais et la transparence de ses investissements. À ce niveau, j’ai aucun doute.

À L’AIDE!

Pour l’instant, je ne sais pas si la demande serait assez forte pour vraiment démarrer ce genre de projet d’envergure. C’est à ce moment que j’ai besoin de vous. Si vous pensez qu’il s’agit d’un pas dans la bonne direction pour l’industrie, que vous seriez intéressés à ce genre de service, commentez ou « taggez » des gens susceptibles d’être intéressés. Bref, montrez votre intérêt.

Le problème de ce modèle d’affaires pour le conseiller c’est qu’Il faut une clientèle ÉNORME pour que ça soit viable. Pourquoi? Le client peut se faire conseiller aux 5 ans si c’est ce qu’il désire alors qu’un conseiller traditionnel collecte des frais chaque année. 100 clients annuels pour un conseiller traditionnel pourrait devenir un maigre 20 personnes par année pour le conseiller à honoraire. De quoi décourager n’importe qui voulant se lancer dans ce projet!

Le journal d’un investisseur
Facebook

14 commentaires sur “Pour changer l’industrie pour toujours, j’ai besoin de vous!

Ajouter un commentaire

  1. Personnellement, ce genre de service m’intéresserait, mais il faudrait que je puisse consulter (et évidemment rémunérer le conseiller, uniquement lorsque j’en aurais besoin, soit lors d’évènement particulier de la vie. Je n’ai aucun besoin d’un conseiller actuellement durant ma phase d’accumulation.

    1. Salut Mathilde,

      je pense que beaucoup de gens qui font déjà de l’investissement autonome sont comme toi ce qui est très bien parce que tu as déjà compris les raisons d’utiliser cette méthode. Tu n’as pas à être convaincu!

      Je pense qu’il aurait plusieurs types de clients pour ce service. Ceux comme toi qui veulent simplement à des moments importants de la vie, d’autres voudront potentiellement un certain suivi constant aux 2-3-4-5 ans et peut-être que certains veulent avoir l’expérience du conseiller, mais profiter des frais réduits et de la transparence des FNB.

      À voir si tous ces clients peuvent s’équilibrer pour avoir une certaine clientèle récurrente pour le conseiller au fil des ans!

      Merci de ton commentaire!

  2. Personnellement, je serais intéressé par un service de planification financière indépendant. J’aimerais un professionnel indépendant qui fait les calculs pour avoir combien d’argent est nécessaire pour la retraite ainsi que d’établir un plan de décaissement.

    1. Oui, c’est un aspect qui peut être intéressant. Il y a une certaine complémentarité entre le planificateur financier et le gestionnaire de portefeuille. Il y a certainement des choses que les deux peuvent faire comme décider entre le CELI/REER, le décaissement du portefeuille ou évaluer les besoins pour la retraite. Pour moi, le planificateur se démarque quand les enjeux fiscaux et légaux sont complexes (entreprise, succession, fiscalité US/CAN, etc.)

      Merci du commentaire!

  3. Je cherchais récemment un conseiller mais personne dans mon réseau n’en connaît qui accepte une rémunération à l’heure
    Pas facile à trouver et j’irais pas consulter n’importe qui non plus….
    Si jamais vous cherchez une première cliente, je suis all in !

  4. Je trouve que c’est un concept intéressant, j’y penserais sérieusement à vous engager!

  5. Je trouve l’idée excellente. Je me questionne par contre également sur le modèle d’affaire. Durant la phase d’accumulation, j’aimerais possiblement avoir 2 rencontres annuelles d’environ 1h. Excellente idée comme side-line mais pour en vivre à temps plein, je me questionne.

    1. Salut Mike,

      Effectivement, c’est un enjeu dont je me questionne aussi. Difficile d’en faire une business viable à court terme du au nombre de clients nécessaires.

      Heureusement, je n’ai pas l’objectif d’être 100% de mon temps sur ce projet non plus. Si cela peut commencer en side-line et devenir plus important par la suite, cela conviendrait aussi.

      Merci de ton commentaire et de ton intérêt!

  6. La réponse courte est oui. Les gens sont prêts à payer pour ce type de service.

    Je fais de la planification financière à honoraires uniquement ( j’ai abandonné tous mes permis il y a plusieurs années) dans le marche du VHNW. Le marché des services financiers s’en va dans cette avenue. Dans combien d’années cela deviendra la norme ? Aucune idée. Pour ce qui est du marché de masse, je pense que les applications comme WS vont prendre de plus en plus de place.

    Mais on voit que le DIY des milleniaux prend de l’ampleur. Beaucoup de boomers meurent, il y a un transfert de richesses. Les services financiers vont devoir se réinventer, la révolution est en cours.

    De plus en plus de gens ne veulent pas payer 2 2-5%. C’est beaucoup trop de toute façon!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑