Laisser vos gagnants monter ou prendre des profits?

Le rêve de tout investisseur est de sélectionner un titre et de voir celui-ci s’envoler. Que le titre double voire triple dans des délais rapides. Ce rêve vient tout de même avec une question existentielle. Faut-il prendre des profits ou laisser le gagnant aller? En d’autres mots, faut-il laisser notre position intacte ou bien vendre pour se diversifier et cristalliser les gagnants? Avant de répondre à la question, on va s’interroger sur l’impact de ses choix sur le portefeuille.

Quel est l’aspect positif de ces différentes stratégies?

Si on laisse aller, les positions vont avoir une place de plus en plus grande dans le portefeuille. Les positions gagnantes sont identifiées comme étant « nos meilleures entreprises ». Il est logique de vouloir de bonnes entreprises avec un poids plus élevé.
Si on prend nos profits, on peut diversifier notre portefeuille.

Quels sont les aspects négatifs de ces différentes stratégies?

Les gens auront tendance à prendre des profits et ne pas vendre leurs titres à perte parce que l’humain n’aime pas cristalliser les pertes, mais il est heureux de cristalliser les gains. Appliqué à l’extrême, on vend les bonnes entreprises et on garde les mauvaises.

De l’autre côté, si on laisse aller à l’extrême, on peut se retrouver avec un portefeuille concentré où une seule position compte pour 40%-50% du portefeuille. Si le titre tombe, le portefeuille va en souffrir énormément tout en procurant une faible diversification.

Je pense que cela dépend du style de stratégie que vous utilisez pour votre portefeuille. Pour un portefeuille très diversifié, laisser aller ses gagnants n’a pas un grand impact sur la diversification du portefeuille. Que vous ayez 100 titres avec un poids de 1% ou quelques titres avec 3% puis d’autres avec 0.5%, il y a un effet de diversification important quand même tout en pondérant plus agressivement les bonnes entreprises. À l’inverse, si vous avez des positions concentrés comme 10 positions à 10%, avoir une position de 30% réduit considérablement la diversification déjà peu présente.

Ces deux stratégies peuvent marcher, mais j’ai tendance à dire dans des contextes différents. Le choix de laisser aller ses gagnants est une stratégie momentum. Au niveau des titres individuels, les gagnants ont tendance à rester les gagnants. Vous doutez de cette stratégie? Eh bien le S&P500 est en quelque sorte une stratégie momentum. Les entreprises qui ont le poids le plus important sont celles dont la capitalisation boursière est la plus élevée. En d’autres mots, on surpondère les anciens gagnants. Ça semble avoir très bien fonctionné dans le passé comme l’indice est pondéré de cette façon.

Si on regarde le marché boursier d’un peu plus haut, les composantes ont tendance à faire des retours vers la moyenne. Par exemple, les États-Unis vont surperformer un moment, puis ça sera le tour aux marchés émergents et les pays européens. Dans ce contexte, prendre ses profits implique de vendre haut et acheter bas d’autres actifs qui monteront davantage dans les prochaines années.

Forcément, aucune stratégie ne gagnera toujours et ce n’est pas pour rien que ces ces 2 philosophies vivent en cohabitation en bourse. Personnellement, j’utilise les deux, mais avec une préférence de laisser aller mes gagnants. Mon comportement par défaut sera de laisser aller mes gagnants parce que je veux un poids plus élevé dans mes compagnies gagnantes. Les indices mondiaux sont une assez bonne validation empirique que ce type de stratégie est efficace. Par contre, je vais contrôler les risques non systématique de mon portefeuille. « risque non systema…quoi? » Entre d’autres mots, le risque de concentration de mon portefeuille. Je ne vais pas laisser mes positions dépasser un seuil. Quel seuil devrait-on ne pas dépasser? Ça, c’est à vous de le déterminer 😉 Un élément crucial est d’être confortable avec son portefeuille tout en ayant une gestion des risques raisonnable. On peut être à l’aise d’avoir un seul titre, mais c’est tout de même une bien mauvaise gestion des risques.

Dans certains cas, je vais privilégier la prise de profit si je ne suis pas assez confiant envers l’entreprise. Je ne peux pas dire qu’il s’agisse d’une contrainte que je m’impose, c’est simplement quelque chose qui se fait naturellement. Quand le prix d’un titre double ou triple en peu de temps, le rendement espéré s’en voit très probablement réduit par rapport à ce qu’on avait initialement. L’objectif est de laisser aller nos gagnants, car on fait l’hypothèse que ceux-ci sont les meilleures entreprises de notre portefeuille. Par contre, on peut avoir une entreprise qui monte beaucoup dont les perspectives sont peu reluisantes. Une montée rapide qui pourrait se solder en une descente très rapide aussi. Il est tout à fait acceptable de réduire la position voire vendre la position en entier dans ce cas. Dans le même ordre d’idée, je pense qu’il est intéressant de renforcir une position quand le prix d’un titre s’effondre pour aucune raison apparente. Bien entendu, il faut faire attention que ces achats ne soient pas motivés par une aversion aux pertes. Il peut être dangereux de racheter une position perdante. Peut-être que vous avez mal compris l’entreprise finalement? Est-ce que vous êtes trop optimiste envers le titre? Avez-vous des raisons tangibles d’être optimiste pour le titre?

Bon courage dans vos décisions déchirantes 😉

Le journal d’un investisseur
Facebook

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑