Ne pas parler d’argent coûte cher

Il y a 3 sujet qu’on ne devrait jamais discuter lors d’un souper: la politique, la religion et l’argent. Les deux premiers sujets amènent beaucoup de frictions par les diversités des opinions qui touchent parfois des valeurs profondes. L’argent ne semble avoir le même caractère que les 2 autres sujets. Après tout, on vit tous dans le même monde capitaliste, on travaille tous d’une façon ou d’une autre pour obtenir de l’argent pour subvenir à ses besoins non? Je laisse ce sondage répondre à ma place.

Selon l’indice d’inconfort, un indicateur qui mesure l’aisance à discuter de certains sujets, 23 % des répondants sont mal à l’aise de parler d’argent, presque autant que les discussions portant sur la politique (26 %), les relations interpersonnelles (24 %) et la religion (23 %). Les femmes étaient beaucoup plus susceptibles d’éviter le sujet que les hommes (27 % contre 18 %).

L’enquête a également révélé que les niveaux de revenu avaient une incidence sur la probabilité qu’un répondant ait une conversation à ce propos; 16% des sondés parmi ceux gagnant 40 000 $ ou moins ont déclaré ne parler d’argent à personne. Seulement 39 % ont dit qu’ils aborderaient ce sujet avec leur conjoint ou partenaire, comparativement à 72 % des répondants dont les revenus se situent à 80 000 $ et plus.


On a encore un bout de chemin à faire. De mon côté, on me parle beaucoup plus d’argent qu’un individu moyen. c’est mon métier et j’ai un blog. Les gens savent que ça m’intéresse. Simplement dans la vie de tous les jours, je le vois que les gens n’ont pas tous le même rapport à l’argent. C’est plus compliqué que juste des chiffres. Il y a un côté émotionnel très fort. Pour notre société, l’argent reste le symbole numéro 1 de notre statut social. Consciemment ou non, on n’aura pas tendance à classer un PDG d’entreprise avec un technicien comptable. Similairement, il peut être mal vu d’avoir un métier artistique. Ce type de métier est très instable et difficile lorsque l’on commence. Par contre, du moment que l’individu connait un certain succès, les commentaires disparaitront. Je ne pense pas que Katy Perry se fait souvent dire qu’elle devrait stabiliser ses revenus et choisir « un vrai emploi » 😉

Une personne dévoilera rarement son salaire. Dévoiler son salaire c’est un peu comme montrer ses sous-vêtements. Tu peux le faire en disant que des sous-vêtements c’est comme un maillot de bain et tu n’as pas nécessairement tord… mais certaines personnes pourraient ne pas être à l’aise. Dans les 2 cas, tout dépend du contexte dans lequel c’est fait 😉 Je peux vous garantir que beaucoup de gens seraient prêt à se promener en sous-vêtement avant de dévoiler leur salaire 😆 Il y a une grosse barrière psychologique même si chacun se doute du salaire des autres. En sachant l’ancienneté et le type d’emploi, il est probable qu’on obtienne le bon salaire avec un écart de 20K$ (exemple: entre 35K$-55K$ ou entre 90K-110K$). Pour les gens qui travaillent pour la fonction publique, désolé pour vous, mais vos salaires sont facilement trouvables sur internet. Si quelqu’un veut absolument le savoir, il va le trouver. Savoir le salaire spécifique ne changerait probablement pas grand chose.

J’avais écouté une entrevue de Julien Brault (Hardbacon) avec Steve Forget (jeune investisseur immobilier) et Julien lui avait demandé sa valeur nette. Steve lui a donné le chiffre. Julien n’en revenait pas parce que c’était la première personne à dire sa valeur nette aussi précisément plutôt que de refuser de répondre ou de donner un « range ». C’est fou pareil quand on y pense. Il a interrogé beaucoup de gens qui sont dans le domaine de l’investissement et domaines connexes, mais c’est le seul à avoir répondu clairement à la question. Pourtant, ces gens travaillent avec l’argent à longueur de journée… ils ne devraient pas être gênés non?

Ma conclusion est que certains ne veulent pas le dire parce qu’ils sont gênés que leur salaire ne soit pas élevé et ou inversement pour ne pas rendre mal à l’aise les autres. Bref, on s’en sort jamais. On peut être à l’aise de parler d’argent, mais ne pas aimer la réaction des autres. Je pense que c’est un peu la même raison pourquoi on peut aimer parler de politique avec certaines personnes, mais qu’on ne voudrait pas en parler avec d’autres. Aussi, le manque de connaissance peut rebuter les gens à parler d’argent spécialement si on est un peu plus âgé. On ne voudrait pas recevoir le commentaire: « Comment ça, tu ne savais pas ça? » On est pris dans un cercle vicieux où le manque de connaissance réduit la conversation et qui empêche le progrès. Pour certains, l’argent est une source d’angoisse. En parler revient à remuer de mauvais souvenirs. les gens peuvent être conscients que leur situation financière n’est pas enviable alors ils préfèrent ne pas en parler pour ne pas avoir l’air fou devant les autres. Bref, la pression sociale ou la peur de ce que les gens pourraient penser peuvent empêcher le dialogue. Le blog me sert à sensibiliser les gens à prendre conscience de leur situation. Je pense que la pire chose à faire est de se fermer les yeux et d’ignorer une situation. On est toujours gagnant à parler d’argent. Je ne fais pas juste le penser, je le vis fréquemment.

Lorsque j’ai commencé à faire des stages en même temps que mes études, j’avais eu une discussion avec des collègues qui tournait autour des salaires. Ils ont dit combien ils gagnaient lorsqu’ils ont commencé dans le domaine. La personne la plus jeune avait une trentaine d’année. Demander un salaire d’il y a 10 ans donne assez d’intimité pour en parler librement. Ça reste utile, car on peut ajuster le montant avec l’inflation et savoir ce que ça représente aujourd’hui. J’ai aussi demandé à des collègues étudiants à combien ils s’attendaient et à quel salaire des étudiants s’étaient fait embaucher. En sachant ces informations, cela m’a permis de mieux naviguer à travers le marché de l’emploi. On parle souvent en mal des employeurs qui ne sont pas assez généreux. Le salarié et l’employeur sont en guerre…une guerre d’information. Si tout le monde sait qu’un salarié de tel X domaine avec Y années d’expérience et Z compétences doit gagner 50K$, personne ne prendrait l’offre à 40-45K$. Il y a quand même des gens qui acceptent des emplois pas assez rémunérés potentiellement parce qu’ils n’ont pas osé parler davantage. L’employé a la responsabilité de s’informer.

Le salaire n’est qu’un sujet. Je pourrais avoir le même discours en parlant d’investissements, de maisons, de loyers, de voitures et j’en passe. Si on ne veut pas tout dire c’est correct aussi. On n’a pas besoin de tout savoir pour tout comprendre. Parler d’argent, ça ne veut pas forcément dire de se mettre à nu. On a certainement plus d’aisance à en parler avec des proches que devant de nombreuses personnes aussi. Parlez-en en privé ou en public, de façon directe ou indirecte, mais parlez-en! Votre compte en banque vous remerciera.

« Knowledge is power »

Thomas Jefferson


Le journal d’un investisseur
Facebook

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑