Un portefeuille n’a pas à être compliqué

Ce qui rebute le plus les gens dans la gestion de leur portefeuille est la complexité. L’investisseur actif, celui qui choisit ses actions titre par titre, consultera beaucoup d’information avant d’investir. C’est l’image classique qu’on se fait d’un investisseur boursier. Par contre, tous les investisseurs en bourse ne sont pas comme ça. L’investisseur passif ne se casse pas la tête, il achète un portefeuille extrêmement bien diversifié et il attend. Il y investit tout au long de sa vie en y faisant des petites modifications au niveau de son risque selon son âge (prendre sa retraite dans 5 ans VS 35 ans) et ses objectifs financiers (retraite VS acheter une maison dans 2 ans). C’est le style passif que je privilégie sur mon blog, car c’est très accessible.

Un portefeuille n’a pas à être compliqué. On achète des obligations et des actions et puis voilà le tour est joué. Si vous êtes capable d’aller à l’épicerie acheter du fromage et du pain vous devriez être capable de faire de même pour un portefeuille. La seule chose qu’il faut réellement décider est la quantité de pain et de fromage que vous voulez. Les fonds d’obligations et d’actions sont dans la section portefeuilles modèles.

Certains ne veulent pas gérer leurs investissements, car ils ont peur de se planter. C’est compréhensible et je dirais même que c’est très sage si on pense faire de l’investissement actif. À mon avis, on ne peut pas s’improviser investisseur actif, car il faut énormément de connaissance pour bien réussir. Par contre, avec l’investissement passif vous tentez de répliquer un rendement moyen obtenu par les investisseurs, on ne peut pas vraiment se casser la gueule. Avoir un rendement « moyen » sonne peut-être médiocre, mais les études montrent que comme la stratégie réduit les frais de gestion au maximum, il s’agit de la meilleure méthode pour s’assurer d’un bon rendement à long terme. Les FNB de répartition d’actifs présentés dans la section portefeuilles modèles simplifient vraiment la tâche à l’investisseur. Vous devez savoir quelles pondérations en actions/obligations que vous voulez puis vous sélectionnez un fonds. C’est tout! Beaucoup d’éléments vous guide dans la section portefeuilles modèles sur le % d’actions/obligations que vous devriez avoir dans votre portefeuille.

Il faut aussi savoir comment utiliser une plateforme de courtage. Si vous êtes capable de transférer de l’argent de votre compte bancaire à un fournisseur, vous êtes capable de faire des transactions sur un compte de courtage. Pour le compte de courtage, je recommande toujours Questrade. En bref, si vous avez au moins 1000$ dans l’ensemble de vos comptes enregistrés (CÉLI, REER, REEE, etc.), vous ne paierez pas de frais d’administration. Pour d’autres plateformes, il vous faut un montant relativement élevé pour sauver ces frais (exemple: 15K$ pour Disnat). Les transactions sont de quelques sous pour acheter des fonds négociés en bourse et entre 4.95-9.95$ pour vendre. Si vous n’êtes pas sûr de comprendre comment la plateforme de courtage fonctionne, il existe des tonnes et des tonnes de vidéos qui montre comment effectuer des transactions avec Questrade. Le seul bémol de la plateforme est qu’elle est qu’en anglais. Honnêtement, même si vous ne parlez pas anglais cela ne constitue pas un gros frein. Le seul frein est peut-etre au niveau de l’inscription. Dans le pire des cas, vous pourriez vous faire aider par quelqu’un. Par la suite, si vous savez que TFSA = CÉLI, RRSP = REER, buy = acheter et sell = vendre, vous êtes assez bilingue pour commencer 😉

Il est intéressant de se tourner vers une plateforme de courtage, car on sauvera des frais chaque année à gérer soi-même son portefeuille. La grande différence de ces FNB et un fonds mutuels classique avec un conseiller est la quantité de frais. Les FNB d’allocation d’actifs ont des frais de 0.25% alors que, selon une étude de Morningstar datant de 2017, les frais des fonds mutuels canadiens sont dans les pires au monde avec des frais médians de 2.23% pour les fonds d’équité. Ces 2% de frais de moins font une énorme différence à long terme. Un des gros avantages pour les jeunes familles est de gérer son REEE soi-même. Les firmes qui gèrent les REEE n’ont pas eu bonne presse avec des frais excessifs et vide de sens. Du moment que vous savez dans quoi vous devez investir et comment le faire, tout devient plus simple. Plus besoin d’appeler quelqu’un pour effectuer des transferts ou attendre une rencontre annuelle pour le faire. On peut simplement transférer de l’argent à son compte de courtage et effectuer ses transactions.

Je mets un bémol, je ne pense pas que cette activité est appropriée pour tous. Si vous n’êtes pas responsable, vous serez le seul à blâmer. Un conseiller c’est comme un coach d’entraînement, sans lui on aurait peut-être plus tendance à sauter une séance de gym. Les conseillers sont définitivement utiles, mais si vos besoins en planification financière sont faibles, c’est possible que vous payez quelqu’un pour qu’il choisisse un fonds pour vous… ce que vous auriez pu faire assez facilement avec un style de gestion passif. Par contre, si vous avez une situation fiscale complexe avec une entreprise, un désir de transfert de celle-ci et plusieurs autres actifs, le conseiller a probablement une valeur ajoutée.

Je pense que gérer soi-même peut pousser des gens à être plus au courant de leur situation financière. Si on repose sur les compétences de quelqu’un, on n’aura pas tendance à faire des efforts pour comprendre davantage. Quand on est le capitaine du bateau, on va prendre davantage de temps pour améliorer nos connaissances. Certains diront qu’il faut aimer ça pour gérer soi-même son portefeuille. Je répondrais que je change mes pneus 2 fois par année (et ceux de ma conjointe) et je ne peux pas dire que j’aime ça ou que j’ai une passion pour les voitures. Je le fais parce que je n’ai pas envie d’aller au garage pour un truc que je peux faire facilement moi-même. Même si je vais au garage, je vais devoir attendre là-bas pour qu’on change mes pneus…je paye pour quand même attendre. Rendu là, j’aime mieux le faire moi-même.

Si on suppose que vous épargnez au moins 1% par année à gérer vous-même vos investissements et que la famille possède 50K$ en investissement, vous épargnez 500$ par année. Forcément, plus vous avez d’actifs, plus que ça vaut la peine sur papier. Si vous avez des investissements de 250K$ (125K$ chacun), vous épargnez 2.5K$ par année. En 4 ans, vous pouvez vous achetez une bonne voiture d’occasion uniquement avec les frais économisés, c’est assez conséquent. Quand on s’habitue à gérer ses investissements de façon continue, je peux vous garantir que ça prend 2-3 fois moins de temps annuellement de gérer un portefeuille passif que de changer 4 fois des pneus par année…tout en sauvant beaucoup plus que le prix des changements de pneu.

Le journal d’un investisseur
Blog d’investissement
Facebook



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑